Fermetures coupe feu

Protéger les espaces d’un bâtiment contre l’incendie nécessite d’envisager le risque de propagation du feu dans sa globalité. Le feu ayant besoin d’oxygène pour être alimenté, il recherche tous les passages possibles pour se propager.

Pour maintenir la protection coupe feu « passive » d’un bâtiment, il est donc necessaire d‘agir au niveau des ouvertures et des fermetures de celui-ci, et de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour priver le feu de son principal « carburant », limiter sa propagation et protéger ainsi personnels et matériels.

Ginge-Kerr s’appuie sur l’expérience et sur la formation de ses équipes pour analyser ces situations, détecter les passages à risque, déterminer les moyens de lutte adéquats pour les prendre en charge, et réaliser les travaux nécessaires.

Un risque plus important qu’il n’y paraît

Un bâtiment intègre dans sa conception (ou créé au cours de son évolution) un certain nombre de passages entre les pièces, dont l’existence même représente un risque de propagation du feu en cas d’incident.

S’il est nécessaire d’aménager des espaces destinés à la circulation des fluides classiques d’un bâtiment (eau, air, électricité), des personnels et du matériel, chacun de ces espaces représente pour le feu un moyen de passer d’une pièce à une autre.

Le risque lié au passage physique entre les pièces peut être maîtrisé de façon très visible par l’installation de portes coupe feu, associées à des cloisons coupe feu.

Mais les autres installations permettant le passage naturel d’une pièce à une autre sont le plus souvent masquées, ou déportées hors d’accès direct par les personnels : gaines techniques, faux-plafonds, planchers sur-élevés,…

Ces espaces représentent un risque parfois plus important en cas d’incendie, car certains relient l’ensemble des pièces d’un ou de plusieurs bâtiment, et sont donc d’excellents moyens pour le feu de migrer rapidement vers d’autres espaces éloignés de son origine. Le danger est alors porté en tous points de la construction de façon quasi simultanée.

Dans d’autres cas, il s’agit simplement de la conception architecturale intérieure du bâtiment qui crée des espaces propices à cette propagation. Certains passages de cages d’escalier, certains galeries, sont autant de risques d’extension du feu en cas d’incendie.

Ces problématiques de rupture du compartimentage d’un bâtiment, Ginge-Kerr les connait bien. Des réponses adaptées ont été imaginées pour chaque cas.

Moyens d’action

Les dangers sont analysés individuellement afin de pouvoir agir au mieux des intérêts du bâtiment et de ses utilisateurs, tout en réduisant le risque de propagation du feu.

Nous envisageons ainsi la protection des gaines techniques, des gaines de ventilation, des chemins à câble, des tuyaux. Tout ceci en tenant compte des nécessités d’intervention et d’exploitation.

Nous réalisons :

  • le resserrage des fermetures autour de ces passages techniques dans les murs,
  • la fermeture de gaines de toute nature, de divers matériaux : métal, PVC…
  • l’installation de manchon coupe feu,
  • le resserrage à l’aide de mortier coupe feu
  • l’habillage coupe feu de gaines
  • la pose de plaques de silicate

L’habillage et le gainage coupe feu des passages à risques, que l’on appelle également « fermeture coupe feu » est l’un des moyens essentiels pour agir contre la propagation du risque en cas d’incendie.

Ginge-Kerr vous apporte son expertise globale de ces risques. N’hésitez pas à nous contacter, nous sommes à votre disposition pour plus de renseignements.